logo-fondnoir.png

LES ATELIERS

IMG_0699 (2).JPG

31 ERRANCES:

Stage d'une semaine autour de la question de l'errance poétique. Dans un environnement particulier ou quotidien, nous nous ré-approprions nos sens. Ce sont des traversées, des marches, des contemplations, où nous laissons des traces, prenons des notes, des dessins, des photographies, des sons, pour enfin revenir au corps et au mouvement. Pour plus d'informations, consultez plaquette ci-dessous.

 

TOUT PUBLIC                           SPECTACLE EN FIN DE SESSION

Atelier DANSE-CONTACT 

La pratique du Contact Improvisation est au cœur de la démarches 31 Pourpres, cherchant la fluidité des corps, convoquant une disponibilité tant mentale que corporelle. Cette pratique née aux États-Unis avec Steve Paxton dans en 1972 au sein de la danse post-moderne et d’un contexte de revendications sociales fortes, tend à reconsidérer le corps comme objet physique et sensible.

Dans cette perspective, le contact-improvisation cherche à s'ancrer par des forces telluriques, des forces contraires, dans l'expérimentation et l'attention à Autrui et à l'environnement. Elle cherche à reconnecter les corps par des fondamentaux, des jeux, de l'exploration.

Quelques définitions:

Nancy Stark-Smith, citée dans Improviser dans la danse, p. 40. « Le contact improvisation est une forme dont la forme est de ne pas avoir de forme. »“the definition is in the doing”

Daniel Lepkoff, Contact improvisation, p. 75 « Apprendre le Contact Improvisation, c’est apprendre comment poser une question. Et cette question est : que se passe-t-il lorsque je concentre mon attention sur les sensations de gravité, sur la terre, et sur mon partenaire ? Cette question n’est pas posée par l’esprit, elle est formulée dans le corps. »

Sally Banes, « Steve Paxton : Affaires de corps », Terpsichore en baskets. Post-modern dance, p. 114.« Même s’ils semblent par moments très familiers, les mouvements du Contact Improvisation ne sont pas vraiment ordinaires. Ils puisent dans toutes sortes de situations en duo, de la poignée de main à l’acte sexuel, en passant par la lutte, les arts martiaux, la danse de société et la méditation. Découlant organiquement d’un processus continu de perte et de recherche d’équilibre, ils comprennent des portés et des chutes. Il s’agit de prendre et de donner le poids, mais aussi de procéder à un échange des rôles observés dans la société : 2 Sept pratiquants du Contact Improvisation témoignent de leur expérience : paroles de contacteurs passivité et activité, demande et réponse. Selon les explications de Steve Paxton, l’objectif pour chaque participant est de trouver les « chemins les plus faciles pour leurs deux masses en mouvement l’une par rapport à l’autre. » Le détail de la composition est laissé au choix des danseurs, qui improvisent, en gardant à l’esprit « l’idéal de formes mutuelles actives, réflexives, harmoniques et spontanées ». Le toucher et l’équilibre sont les deux sens fondamentaux dans le Contact Improvisation.

121827650_379654800112651_33419061213565